Ce sera Xampp !

Long temps j’ai utilisé WAMP comme localhost. Proust aurait choisi de commencer ainsi son roman s’il avait vécu aujourd’hui. Je suis libre de le croire mais la démarche d’écrire à pour particularité de nécessiter un isolement pour se livrer à des jeux qui permettent d’observer le monde avec le détachement nécessaire. Dans le domaine de l’écriture mon ambition d’égaler Proust s’arrêtera là. Mon œuvre est de nature différente puisqu’elle est fondée d’abord sur une écriture qui procède de l’utilisation de ces drôles de machines qui ont parmi diverses fonctions celle de doter notre cerveau de béquilles.
Longtemps j’ai écrit mais surtout longtemps j’ai effacé. Depuis plus de dix ans je polie mon grain de sel pour le transformer en joyau. Si je n’avais pas disposé de tout ce temps passé au mouillage dans différents ports et autres magnifiques lagons je n’aurai pas persisté dans cette démarche un peu vaine qui consiste à réécrire toujours la même phrase comme Jack Nicholson dans “Shining”.
Je recommande le mouillage pour la production informatique. J’ai eu cette révélation dans la baie de Cook sur l’île de Moorea où j’ai connu des heures délicieuses en partageant mon temps entre la réparation du moteur de mon annexe et l’écriture ure d’une application comptable en ASP. S’enfermer dans un cockpit pour écrire des pages de code dans un tel décor est une des expériences les plus marquantes de mon existence. sans doute parce qu’il s’agit d’une expression extrême de de la liberté. Les pentes qui surplombent le lagon donnaient à l’eau une couleur d’un vert profond. Le vert se teintait de bleu lorsque je tournais mon regard vers l’entrée du lagon bordée de plages de sable. Plonger depuis le bateau pour s’immerger dans cet univers … tant de bonheur après une astreinte à une besogne que vous pourriez supposer aride génère chez moi un plaisir si extrème …
J’ai écrit quelques textes mais j’ai toujours essayé de les présenter dans un moule qui était le mien. WordPress est une exception. Jusqu’alors j’ai ulisé WordPress sans en disposer sur mon localhost. Mes amours me portant vers XML je m’étais dérourné des bases de données.
Mon œuvre littéraire se prépare depuis trop longtemps. “Qu’importe le vase pourvu qu’on ait l’ivresse ?” Ayant été nourri au sein de la technologie j’ai choisi de ne pas négliger le vase et plus qu’un vulgaire pot dans lequel j’aurai pu déverser mes phrases je me suis employé à réaliser l’écrin dans lequel j’allais pouvoir disposer mes phrases. Tout ça pour ça ? Tout ce travail pour en venir à utiliser une application écrite par d’autres ? Que nenni ! Mes structures XML sont prêtes, mon code Javascript a étê patiemment élaboré, mon PHP progresse. J’ai constitué mon capital, il est stocké sur mon disque dur, il se situe également dans les replis de ma mémoire. Il a été construit par toutes ces heures passées à reprendre toujours et encore l’écriture d’une fonction pour lui donner la parfaite exactitude. Il a été construit à partir des sites où un peuple élu confronté ses avis sur les possibilités du code. Je suis développeur plus qu’écrivain. Qui m’aime me suive !
Donc WordPress fonctionne sur mon Asus en localhost. Facile ? Douloureux ! Jusqu’alors j’avais utilisé Wamp. Avec Windows 10 son installation s’est révélée problèmatique. J’en suis revenu à Easyphp. Satisfaisant, mais un passage obligé par Easyphp warehouse m’a coûté 10$ pour accéder à des applications impossibles à installer. J’ai ensuite fait un détour par IIS qui m’a embarqué vers l’installation d’une usine à gaz. Cette démarche a eu le mérite de démonter les limites de mon petit portable à 200 euros et j’ai du restaurer Windows 10. J’ai finalement compris que la meilleure stratégie pour éliminer les nuisances d’IIS consistait à lui donner toute sa place pour l’éradiquer ensuite. Merci aux auteurs du site wpmudev.org pour l’article “How toi install Xampp and WordPress locally on PC/Windows”, qui est utile même s’il n’est pas suivi à la lettre.
Lorsqu’on navigue dans ce labyrinthe on comprend bien que se jouent là des intérêts concurrents de grandes entreprises dont la puissance repose sur la détention de quelques clés. On peut comprendre que leur première préoccupation ne soit pas de rendre ce monde transparent. Enfin ma boîte noire est prête !
Mon premier ordinateur marquait une rupture avec un monde dans lequel il était impossible d’utiliser la même disquette sur deux micro-ordinateurs différents. J’ai cru alors que MSDOS allait devenir le premier standard mondial. J’ai compris depuis que le seul standard était l’argent et il est toujours aussi difficile de brancher la prise d’un ordinateur fabriqué en Europe dans une prise étangère. Pourtant la mondialisation devrait être faite pour nous ?

Jean-Max Thuille

One thought on “Ce sera Xampp !”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *