RECITS     LIENS     A PROPOS

Chez Greg

Lieux

-

Le bar

Il est gros

Fouillis, tire-bouchon, décapsuleur, rouleaux de scotch, marqueurs, stylos, paquets de bonbon, tubes de colle, allumettes, plans de la ville, agrafeuse, cendriers vides, plateaux, le fut de bière à changer, bouteilles vides à évacuer. Un client. Je sers une main. Un verre de bière à remplir. Fonds musical. Le jeu électronique à côté du bar répond par quelques notes. Il fait gris. Le bar offre cet éclairage qui fait briller le laiton des tireuses à bière. -

Il est gros

Il est gros. Il a le visage rougeaud derrière ses lunettes. Il dit qu'il y a encore du temps à passer avant qu'on ait du soleil. Il dit que s'il n'y avait pas toute cette flotte et tout ce vent tout irait bien. Il a déjà rempli et vidé ses trois verres de vin blanc. Un coup d'éponge sur le bar. Allez, bonne journée ! Les affaires avancent. Il est bientôt onze heures, les clients commencent à arriver. Il est question de voitures, de tiercé. Je remplis les verres. Je ramasse les sous dans le tiroir-caisse. En voilà trois qui n'ont pas dormi. Trois jeunes garçons qui ont traîné en boite de nuit, puis sont venus jusqu'ici en suivant leur parcours de bar en bar, un itinéraire toujours perfectible. -

Jojo

Voici l'ami Jojo. Représentant en vins et spiritueux. Une vie dans les bars et dans les caves. Dès huit heures et parfois même jusqu'à minuit. Bourré tous les soirs. A ce régime la plupart des copains sont morts. Jojo résiste bien. Avec ses longues stations dans les bars il a pris de l'embonpoint mais le coeur résiste. -

Jef

Le seul endroit où Jef tient encore sa place c'est au bar où il boit sa chopine. Cela fait un certain nombre d'années qu'il joue à l'homme. Il connaît le tournage et le fraisage ainsi que toutes sortes de choses devenues inutiles avec l'apparition des machines à commande numérique. Il a cependant conservé de sa période laborieuse des horaires réguliers. Il commande la première chopine sous les coups de neuf heures et la dernière vers les vingt et une heures. Le Dimanche matin est réservé à la population de tous ceux qui ont l'alcoolisme pour religion. -

La zone

La zone

Ils sont empilés sur différents niveaux :
-

La zone

La zone

Le décor vous ne le connaissez que trop bien. Il parait qu'il est insupportable. Vous le supportez car vous n'en connaissez pas d'autre. Votre famille occupait un appartement dans une barre d'immeuble. Vu du parking, c'est une rangée de fenêtres que l'on parvient difficilement à distinguer au milieu d'autres séries de fenêtres, et l'on ne distingue pas davantage votre barre d'immeubles des autres barres d'immeubles. Cela s'appelle du logement social. Quinze étages. Les cages d'escalier puent. Personne ne les emprunte volontairement, sauf lorsqu'il y a des pannes de courant. Les pannes de courant il parait qu'il n'y en avait jamais quand ils ont construit l'immeuble, mais elles sont de plus en plus nombreuses. Cela ne marche pas toujours bien, même quand l'électricité fonctionne. D'ailleurs les gens sont généralement de mauvaise humeur. Ils disent que rien ne marche et ils exagèrent à peine. -

Elles râlent

Gregory a un frère et deux sœurs. Les garçons ont chacun leur chambre et les filles cohabitent. Aussi elles expriment fréquemment leur indignation devant une telle discrimination. Elles habitent encore la cité et rien n’a changé. Elles râlent. A toute heure du jour elles râlent et toute la cité partage cette culture du mécontentement permanent. C’est évidemment justifié lorsque l'on doit traverser des couloirs crasseux et puants pour rentrer chez soi. Les murs eux mêmes expriment un refus du bien être avec leurs inscriptions obscènes. Il n'y a pas d'issue au malheur et lorsque le regard cherche à s'évader il ne découvre aucun horizon. Il est né dans ce quartier qui a déterminé toute son existence, une soumission, une absence de perspectives, la certitude qu'il n'y aura pas d'échappatoire. -

Marmaille

Il a fait partie de cette marmaille qui est la seule richesse des cités déshéritées avant qu'elle n'en devienne la pire calamité. Gregory ne voit pas souvent son père. Sa mère le dépose à la halte garderie quand elle part travailler ou bien il reste à la maison avec sa soeur aînée. Plus tard c'est lui qui devra s’occuper de son frère, le petit dernier. Gregory ne garde que peu de souvenirs du cadre de son enfance. L'appartement qu'il habite aujourd'hui est tout proche de celui de son enfance mais il ne se rend jamais dans son ancien quartier. La petite plaque qui porte le numéro 4 au dessus de la porte du rez de chaussée est toujours la même et il peut repérer les trois fenêtres qui ont été sa seule ouverture sur le monde sur l'une des façades de l'immeuble. Il se souvient seulement du grand canapé et des manettes de jeu avec lesquelles il avait entrepris de combattre les monstres. Sur le territoire de la zone seule la mauvaise herbe parvenait à survivre et il s'en est bien sorti. Il y avait plus grand et plus fort. Dans la zone il a fini par trouver sa place entre les maigrichons et les gros bébés à carrure d'athlète.
- Bouge de là, c'est ma place!" Andy ne supporte pas que l'on prenne sa place sur le canapé. Sinon il ne bronche pas, occupé à contrôler de sa zapette les images qui s'agitent dans la lucarne. Andy c'est le jeune frère de Gregory. Il est obèse. Il a de l'asthme. Il est diabétique. A côté de lui Gregory fait figure d'athlète. Dès qu'il en a été capable Gregory s'est occupé de son petit frère. Ils ont suivi le même régime à base de chips et de barres chocolatées, mais pendant qu'Andy éradiquait les aliens avec ses manettes de jeu, Gregory se préparait à une carrière internationale. -

Carrière internationale

Longtemps il y a cru. Sa tête et ses pieds n'ont pas connu de repos avant qu'il ne parvienne à un prodigieux contrôle du ballon. Il a réussi à rentrer dans une équipe locale et il est longtemps resté assis sur le banc des remplaçants avant de faire son entrée. Lorsqu'enfin il a pu entrer sur le terrain il lui a fallu déchanter. Il ne courait pas assez vite, il n'était pas assez grand, il n'était pas assez résistant. Cela a été une période de désillusions qu'il a mal vécue. Un jour il a même sorti un pistolet sous le nez d'Abdel, l'épicier du quartier voisin. - File l'oseille ! Donne tout j'te dis!
Il avait un bas sur a tête et Abdel ne l'a pas reconnu. Ce sont les gamins de la cité qui n'ont pas pu fermer leurs gueules sur le revolver, putain d'enfoirés ! Après sa sortie de prison Gregory s'est rangé. -

Cuisine

Elève peu intéressé il accumule les retards. Il a été orienté vers le technique et il y a été un apprenti peu intéressé. Ensuite il a fait ses débuts dans un grand restaurant. Il y a été jugé trop lent et il est passé de la cuisine au bar. -

Vous répétez ?

Vos jours se ressemblent. Le matin vous faites le ménage . C'est ainsi tous les jours. D'abord vous préparez les enfants pour l'école. Il faut leur servir leur petit déjeuner, vérifier le contenu de leurs sacs. Dès qu'ils sont partis vous poussez un soupir. Vous pouvez maintenant disposer de votre temps mais vous faites toujours la même chose. -

Tatiana gère l'énergie

Betty Lenox

Tatiana gère l'énergie. Recours aux cartes.
Gregory Martin tient un bar. Il ne voit plus Betty Lenox car Betty Lenox est morte à l’hôpital. Diagnostic : empoisonnement alimentaire. Selon l’enquête menée par la police Betty Lenox a préparé elle même le mélange qui l’a empoisonnée. Sa fille ne peut se contenter de ce résultat. Il paraît nécessaire de mener l’investigation en explorant le disque dur de l’ordinateur de la victime. Une certaine Tatiana semble avoir exercé une influence sur la victime. -

Première phase

Pour vous Tatiana a créé un bouclier magnétique de protection qui vous entoure. Ce bouclier permet de repousser toutes les vibrations négatives qui vous empêchaient jusqu'alors de prendre les bonnes décisions. En effet, Tatiana perçoit parfaitement les vibrations négatives qui vous entourent. Ces vibrations déferlent comme des vagues et elles sont un frein considérable à la détermination dont vous devez faire preuve pour obtenir ce qui vous est dû. Dès que ces vibrations seront arrêtées, vous ressentirez un bien être immédiat et vous vous sentirez prêt à accomplir des miracles! Bruno se dit qu'il n'y a que la mère Algo pour inventer des trucs pareils. Elle est super branchée sciences occultes et elle a un formidable talent pour convaincre. Bruno adore aller chez elle pour récupérer ses dernières communications. Il s'attend toujours à voir surgir un fantôme de derrière une armoire ou a voir bouger une table possédée par un esprit frappeur. S'il ne croit pas un mot de tous les trucs qu'elle raconte, il constate qu'elle arrive a de très bons résultats puisque les ventes de bagues magiques et de numéros de la chance ne cessent d'augmenter. -

Deuxième phase

Dans la deuxième phase de son aide personnalisée, Tatiana va vous aider à saisir les meilleures opportunités de votre vie. Vous l'ignorez sans doute, mais elles sont bien là toutes ces ondes positives que vous ne pouvez pas voir, mais qui constituent le véritable chemin vers le succès. Grâce à l'aide personnalisée de Tatiana, parfaitement adaptée à votre cas, vous aurez le pouvoir de saisir toutes ces opportunités. C'est alors que votre vie va changer ! -

Troisième phase

Dans la troisième phase de son aide personnalisée, pour vous, Tatiana va agir sur votre psychisme pour forcer votre destin de façon à vous permettre de vous étendre dans le lit du bonheur. Elle va se mettre en devoir de faire tourner un certain nombre de situations à votre avantage. N'y a-t il pas aujourd'hui, en ce moment même, tout un ensemble de problèmes pressants dont vous souhaitez vous débarrasser ? Ne sentez vous pas que, malgré tous vos efforts, votre vie ne va pas la façon dont vous aimeriez qu'elle aille ? Cette troisième phase vous aidera à résoudre ces problèmes, et elle vous aidera également à diriger votre vie vers le droit chemin, loin des problèmes d'aujourd'hui et de tous les soucis qui vous assaillent. -

Quatrième phase

Dans cette étape Tatiana va vous révéler quelques uns de ses secrets, et des techniques qu'elle n'a encore jamais révélées à qui que ce soit. Cela vous permettra d'avoir de la chance dans tous les domaines importants de votre vie: amour, argent, travail , famille, relations, amitié. Elle veut votre bonheur et elle a décidé de vous révéler, à vous et à vous seul, quelques secrets techniques qu'elle n'a jamais révélé à quiconque. Elle ne recourt à ces techniques que lorsqu'il lui paraît très important, pour ne pas dire indispensable, de convoquer immédiatement la chance ! Bien sûr elle vous demande de ne jamais révéler ces techniques secrètes à quiconque. Partager ses secrets avec vous est le signe ultime de la confiance et de l'amitié qu'elle vous porte, mais elle sait qu'elle peut avoir une totale confiance en vous. -

Cinquième phase

Grâce à ses dons de clairvoyance, Tatiana va maintenant réaliser pour vous une voyance sur mesure qui s'appliquera dans tous les événements majeurs de votre vie. Imaginez qu'elle est debout à côté de vous et qu'elle vous donne des conseils personnels sur chaque mouvement que vous vous apprêtez à faire. Elle va vous assister dans chacun de vos choix et elle sera présente auprès de vous chaque fois que vous avez une décision à prendre. Tout ira donc beaucoup mieux pour vous, c'est une évidence ! C'est exactement ce qu'elle va faire pour vous et cette clairvoyance très spéciale vous donnera toutes les réponses pour toutes les décisions importantes que vous devrez prendre, Tatiana sera personnellement auprès de vous toutes les fois où aurez besoin de son aide. -

Gilles dans son bunker

Betty Lenox

Betty guette derrière ses rideaux. Ses dons lui permettent de disposer de davantage d’informations sur votre vie que vous-mêmes. Elle en fait ses choux gras et elle commente les événements de votre vie avec toute une panoplie de réflexions malveillantes. Lorsque vous voyez frémir ses rideaux lourds de crasse et de poussière, vous savez qu'elle vous observe et elle salue votre passage par des jugements définitifs qui constituent sa morale. Amère et revancharde, elle tente de combler le vide de sa vie végétative, son absence de projet et d’ambition par des discours qui meublent son ennui.
- Je suis sûre que c’est lui ! C’est Bruno !
Betty a appelé Gilles à la rescousse. Il a bien fallu qu’elle le secoue un peu, Gilles s’était investi dans un savant calcul destiné à démontrer à une large clientèle l'infaillibilité de sa méthode.
- Mon mot de passe n’est plus reconnu. J’ai recommencé vingt fois ! Tu trouves ça normal ?
- Tu es sûre que tu n’as pas fait d’erreur ? La touche des majuscules est peut être bloquée ?
- Évidemment ! Je sais que c’est lui, c’est un message de ma supra-conscience. C’est Bruno !
Quand elle en vient à de telles extrémités, Gilles sait qu’il ne peut pas la contredire. Il affirme donc sa détermination à lutter contre les méfaits de Bruno, bien qu'il sache que Bruno ne s'intéresse pas vraiment à la correspondance de sa mère. Il doit cependant montrer sa bonne volonté et rester en tête à tête avec le monstre. Cela lui vaudra quelques heures de tranquillité car le déverrouillage des majuscules n’a plus de secrets pour lui. -

Gilles

Gilles s'est retiré dans son bunker. Gilles doit s'astreindre à une discipline. La prospérité de la famille en dépend. Il prétend qu'il est le seul capable de développer une argumentation qui va permettre d'alimenter le compte bancaire de la famille. Gilles est l'auteur d'une méthode pour gagner de l'argent sur Internet tout en restant chez soi. En fait il n'a rien trouvé à vendre, alors il vend sa méthode. C'est un ensemble de conseils contenus dans un document que l'on peut télécharger sur le site et dont il est l'auteur. Si Gilles n'est pas vraiment sûr de l'efficacité de ses conseils, en tout cas il vend sa méthode. C'est absurde mais cela ne le dérange pas car selon lui le monde est absurde et il court à sa perte. L'homme ne sera qu'un incident de parcours. Lorsqu'il aura définitivement saccagé son environnement, détruit toutes les choses fragiles et magnifiques offertes par la nature pour l'envahir par ses créations imparfaites et grotesques, il sera remplacé à son tour par une espèce plus résistante. Gilles a un faible pour les fourmis, une espèce qui à l'échelle du monde lui paraît beaucoup plus inoffensive que l'être humain. Gilles est persuadé de son pouvoir sur le monde. Il croit qu'il peut le manipuler comme il l'entend.
Betty marque toujours son assentiment au discours de son époux. Elle ne manque jamais de lui marquer son admiration et de lui poser quelques questions naïves. Elle a pu constater que passer pour une idiote présente de multiples avantages, notamment celui d'exercer un contrôle sur la personne qui croit détenir le pouvoir. C'est cependant un art subtil et exigeant car il faut parfois supporter quelques blessures d'amour propre. Betty s'en accommode assez bien. Par contre il y en a un qui reste difficile à contrôler, c'est son fils Bruno. Il passe lui aussi un temps considérable devant son ordinateur. Tard dans la nuit Betty entend le cliquetis du clavier. -

Bruno

C'est une piste de cross avec ses petites collines, ses séries de bosses et ses virages aux courbes démentes. Les tribunes sont pleines. Les hauts parleurs crachent une musique tonitruante qui se mêle aux mugissements des moteurs chauffés au maximum. Une dizaine de motos est sur la ligne du départ. Un moment d'inattention et la moitié des concurrents le dépasse. Bruno met les gaz et sa machine part à fonds. Le premier virage est assez rude. Il réussit à éviter la chute et il poursuit à un rythme d'enfer. Il est furieux de s'être laissé surprendre au départ mais il est décidé à ne pas en rester là. Il rattrape le numéro 5. Lorsqu'il arrive à sa portée il tente d'empêcher Bruno de passer en zigzagant devant lui mais Bruno serre l'intérieur de la courbe. A la sortie du virage il part tout droit sur le mur des tribunes et il le percute. Il est à terre. Il perd connaissance un bref instant mais il se ressaisit rapidement. Il est a nouveau dans la course. Il est invincible. Un par un il rattrape ses concurrents et il les dépasse. Ils sont vraiment trop nuls. Bruno s'offre encore quelques chutes spectaculaires et il envoie quelques concurrents au tapis en les percutant. Bien sûr ce n'est qu'un jeu vidéo mais c'est lui le meilleur. Au moins pour l'instant il en est persuadé. -

Chez Lily Bros

Hygiène

Premier impératif l'hygiène. C'est pour le client mais c'est aussi pour elle. Ensuite il y a la question de la prise de risque. Ils ne se rendent pas compte. Parfois elle en voit qui sont au bord de l'infractus. Elle se voit bien avec un cadavre sur les bras. Filer en douce ? Cela ne serait pas correct. Le client ne mérite pas d’être ainsi abandonné et puis il y a bien un carnet quelque part avec ses coordonnées ... Elle patiente. Elle s’intéresse au décor.Pas de photos de famille mais des cactus sur des étagères. Encore un tordu mais ce n’est pas un méchant, juste un type un peu bizarre. Enfin le revoilà. Il brandit un papier. Elle vérifie. Tout est en ordre. Sur le plan technique rien à dire, son client n’est pas un novice. Il la ficelle à nouveau avec une grande précision. Ce n'est pas un de ces amateurs qui croient que l'on peut faire n'importe quoi parce que c'est du SM. Par contre le SM demande que l'on se consacre pleinement au sujet, en l'occurence à sa personne. Il paraissat pleinement à son affaire avant d’être interrompu mais cette histoire de certificat l'a perturbé. Elle est vraiment désolée pour ce véritable amateur de SM mais elle a ses règles de travail. S'il n'y a plus de règles c'est le bazar. D’ailleurs c’est bien comme cela que cela se passe chez les politiques. Elle est une travailleuse comme une autre avec le sexe comme domaine d’activité et elle paye ses impôts. Ces politiques ils feraient mieux de traiter les questions vraiment importantes. Elle réalise soudain qu’elle ne s’occupe plus vraiment de son client. Elle fait un effort pour se concentrer et elle se met en devoir de pousser quelques gémissements mais cela ne restera pas une séquence à graver dans les annales de la pornographie. Il s’active avec une grande application et elle fait de son mieux pour répondre à sa généreuse dépense d’énergie, mais tout cela reste assez convenu. La séquence aboutit enfin à une conclusion. Elle lui tend quelques kleenex. L’hygiène, c’est très important l’hygiène et c’est à travers ces petits détails que l’on reconnait une vraie professionnelle. Elle vérifie qu'il a bien sa carte de visite ainsi que le catalogue des produits de la boite qui la sponsorise. Elle lui sert la main. - Je reste à votre disposition. N’hésitez pas. Par contre je vous prie de m’appeler 24 heures à l’avance. Il faut me laisser le temps d’organiser mes rendez-vous. - C’est entendu. Bonne soirée. C’est une prestation de service entre gens de bonne compagnie. Il passe une robe de chambre et il la raccompagne. Sa porte s’est refermée. Le voyant de l’ascenseur clignote. Lorsqu’elle ouvre la porte, elle retient un cri. Un cadavre de femme ! C’est un immeuble de cinglés. -

Mon Antoine

Jeu S.M. Le désir de meurtre inconscient. L'exercer sur une pauvre fille au lieu de l'exercer sur sa femme. Comment ne pas tuer quand il s'agit de dépasser les bornes. -

Creuser

Clyde

Mon nom est Clyde. Avec ce qu'ils me payaient à la banque, je n'avais jamais envisagé d'acheter une maison. D'ailleurs avec ma compagne, nous nous trouvions très bien dans notre petit appartement. Elle travaillait comme caissière et elle avait elle aussi un petit salaire. Je n'avais aucun désir de devenir propriétaire mais à la banque ils ne l'entendaient pas ainsi. Il est vrai que je n'avais jamais de difficultés pour obtenir un crédit. Pour exister il faut une carte de crédit ?
Normalement le mur devrait être infranchissable. Je le sais car j'ai eu accès au dossier qui prévoyait un renforcement de la sécurité pour la salle qui se trouve derrière ce mur. C'est la salle dans laquelle sont stockés les billets.
Des travaux de maçonnerie étaient prévus. J'ai eu entre les mains le dossier technique ainsi que les devis des différentes entreprises qui ont soumissionné. Mais dès cette époque la situation financière de la banque commençait à se détériorer. Le Conseil d'Administration n'a pas retenu ce projet. Le mur qui se trouve devant nous est donc d'une épaisseur telle qu'il ne devrait pas être trop difficile de le traverser. J'ai puisé dans l'outillage du père. De son vivant il avait un équipement très complet et adapté à toutes les situations.A l'époque où je travaillais encore à la banque je n'avais pas le projet précis de la dévaliser. Le fait que l'épaisseur des murs de la salle aux billets ne soit pas augmentée ne m'avait cependant pas échappé. En lieu et place de travaux de maçonnerie, la banque avait décidé d'utiliser les services d'une société spécialisée dans les systèmes de sécurité.
A l'époque j'avais sympathisé avec l'un des employés de l'entreprise. Il était tellement passionné par ce qu'il faisait qu'il était intarissable sur tous les systèmes qui pouvaient être utilisés. C'est ainsi que j'ai appris que le coffre dans lequel sont stockés les billets est équipé d'un système qui détecte une différence de poids. Dès que nous entrerons j'ouvrirai le boitier dans lequel ce système est installé et je le déconnecterai. J'ai mis en route le petit groupe électrogène avec un tuyau qui permet d'évacuer les gaz d'échappement, sinon en cinq minutes c'est l'asphyxie. Tiens je te passe le mini marteau-piqueur. Dès que tu fatigues je prends le relai !
Je suis devant et je pioche. Toi derrière tu évacues les sacs de terre. Les sacs sont lourds. Il faut les sortir un par un et les porter jusqu'au van que nous avons garé dans le parking souterrain. Nous travaillons dans la discrétion. Le parking n'est fréquenté qu'aux heures d'ouverture et de fermeture des bureaux, mais nous avons revêtu des bleus de travail dans l'éventualité d'une rencontre et les sacs sont soigneusement fermés. Un ouvrier qui travaille sans engin mécanique et qui transporte un sac de terre en le tenant dans ses bras aujourd'hui c'est suspect. D'ailleurs j'en connais qui seraient surpris s'ils me voyaient aujourd'hui. Mon père par exemple ! Il aurait voulu que je sois maçon comme lui. Moi qui le voyais revenir épuisé de son travail je voulais travailler dans les bureaux. Je n'ai pas fait de longues études et j'ai débuté comme employé de banque. Quelle banque ? Vraiment tu ne vois pas ? Mais oui, celle dans les sous-sols de laquelle je me trouve actuellement et dans laquelle je me prépare à entrer. En fait je ne fais que récupérer ce qui m'appartient.
Un rayon de lumière jaillit à travers l'ouverture que nous venons de pratiquer. De l'autre côté c'est éclairé en permanence. Une fois que le mur a commencé à céder il n'est pas trop difficile d'agrandir l'ouverture. C'est la première fois que je pénètre dans cette pièce. A l'époque où j'étais employé mon bureau se trouvait quelques étages plus haut. Ouvrir le coffre n’est pas un problème quand on connaît la combinaison. Le banquier Lastar a toujours été prudent mais pas suffisamment et j’ai pu trouver ce code avec quelques autres petits secrets.
-

A suivre

Clyde

bolo bolo -

Action

Origines

Fascination pour l'écran -

Arme du crime

Poison

-

Payer pour onsulter

Pour consulter il faut payer. Dans le travail de détective de Jules il y a des périodes plus ou moins exaltantes. Les enquêtes qui permettent de remplir les dossiers de divorce sont pour lui le moyen le plus sûr de gagner de l'argent. Cela suppose fe longues attentes pour prendre une photo, un travail minutieux pour établir des emplois du temps, un travail de surveillance qui ne demande pas une grande perspicacité. Pour le présent dossier Jules a compris qu'il devait avoir recours à la perspicacité de Tatiana? Il a décidé de la consulter. -

Payer pour onsulter

Il faut de l'argent pour consulter. Cependant Tatiana est sensible aux difficultés financières de Jules. Elle lui accorde un crédit. Cependant comme elle a une connexion directe avec le système bancaire elle vérifie auaparavant l'endettement de son client. -

Payer 3 sous

Une consultation coûte 3 sous. -

Consulter

-

Consulter

L'ermite est le neuvième arcane du tarot de Marseille. Un ermite est un homme ou un religieux vivant seul, à l'écart du monde. Cette carte représente un homme âgé, portant une lanterne et un bâton. On peut deviner un livre à ses pieds. Sur le chemin du tarot, ce passage représente une phase de solitude ou de crise. L'hermite est un personnage qui a acquis ou tente d'acquérir la sagesse pour mieux guider les autres avec sa lanterne. On peut aussi y voir une introspection où l'on éclaire notre passé pour tirer les leçons de notre expérience, une mutation spirituelle avec la recherche de la lumière.
Homme expérimenté, sagesse, amour désintéressé, lectures sur le sens de l'amour, peu de désirs, célibat, célibataire ou homme appréciant la solitude, attente, prudence, homme spirituel, thérapeute ou personnage qui donne de bons conseils, comptabilité, introspection, retraite, livre, lire, lectures des textes sacrés, retraite spirituelle. -

Consulter

La Force est le onzième arcane du tarot de Marseille. Cette carte représente une femme qui dompte un lion. On peut donc s'interroger sur le sens du nom donné à cet arcane: On peut y comprendre que lorsque l'âme dompte sa personnalité ou la partie animale (le lion), il en résulte une force et une grande énergie.§ Notez que la force a le même chapeau que le bateleur: Ils peuvent former un très beau couple. Maîtrise de soi, femme ayant du caractère, énergie et volonté, désirs sexuels, la force forme un couple parfait avec le bateleur, travail physique, suivre son instinct, performance physique, courage. Maîtrise de soi, le moi supérieur dompte la partie animale. L'âme maîtrise la personnalité, obéir à son âme ou dieu intérieur.Rester dans cet immeuble. Cela ne peut pas être mieux ailleurs. Je vais faire un grand voyage. Les voyages organisés. Un départ non pas pour des vacances, mais pour longtemps µ Ce sera peut-être à la suite d'une rencontre. -

Consulter

C'est l'accès à la maîtrise de l'idée et du savoir, qui autorise l'engendrement avec certitude et sagesse. L'impératrice est une des cartes les plus équilibrées du tarot et ce malgré son chiffre impair donc par nature instable et ouvert. C'est la créativité affirmée, la puissance, le soi qui s'affirme dans le monde avec facilité, légereté, et sans souci. Une belle jeune femme, ou jeune homme (les lames signe surtout l'état d'une evolution) sûre d'elle/de lui, tant du pouvoir de sa beauté, de son intélligence, que des capacités de son savoir acquis à agir selon les normes juste de l'action. -

Consulter

Tatiana retourne une carte. C'est bien elle, la Papesse, cette femme à la sexualité très froide, ce mélange ignoble de frustrations et de frigidité, ce manque de sagesse, ce manque de réelle qualité morale, cette immense rigidité.

La situation est grave et le monde court à sa perte lorsque la Papesse apparaît au milieu des ruines. Sa tête est ornée du bonnet d'âne qui symbolise le refus d'apprendre. Elle porte l'autorité du dogme. Elle chevauche un grand cheval blanc aux sabots rouges du sang des cadavres qu'il broie sous ses pas. Elle avance et elle tranche de son épée les malheureux qui passent à sa portée. Sous son bras gauche elle tient un livre, rouge également. Elle récite les articles du Code et elle termine la lecture de chaque alinéa par un mouvement de son épée qui vient s'abattre sur les têtes qui passent à portée. La population crie son désespoir. Le peuple maltraité demande réparation et il vient s'affronter aux forces de la répression. En réponse à ses cris il ne reçoit rien d'autre que des coups de matraque. Des feux s'allument et les explosions de colère dégénèrent en guerre civile. La terre s'ouvre et d'énormes murs d'eau viennent s'abattre sur les rivages. Elle ne pardonne pas et elle se tient raide sur son cheval tandis qu'elle traverse des villes qui ne son plus que des ruines fumantes aux rues jonchées de cadavres et d'agonisants. Elle est suivie par une horde qui hurle sa frustration. Certains se prosternent. Ils disent leur dévotion aux puissants, à une bourgeoisie autoritaire et conservatrice. -

Consulter

Sacrifices bien vécus, ne pas choisir, ne rien faire, attendre, repos, approfondir ses projets, personne qui s'isole du monde pour se trouver elle même, travail alimentaire nécessaire, chômage bien vécu, le moment de choisir ou d'agir n'est pas venu, lâcher prise, cacher quelque chose. éaliser et prendre conscience des possibilités énormes du cerveau, auto hypnose, se programmer tel que l'on souhaite être, méditation et prière. Interprétations courantes du Pendu à l'envers dans un tirage (aspects négatifs): Sacrifices mal vécus, ne pas arriver à choisir, paresse, attente mal vécue, manque de repos, ne pas suffisamment approfondir ses projets, personne qui s'isole du monde et qui ne vit mal, couple attaché par habitude, chômage, travail alimentaire que l'on fait sans plaisir, blocage, paresse, ne pas oser dire non, se sentir emprisonné, cacher quelque chose et mal le vivre, les autres vous programment à leurs images. Manque de méditation ou de prière, ne pas suffisamment faire en sorte de devenir tel que l'on souhaite être, manque de lâcher prise, ascèse spirituelle mal vécue. -

Consulter

La Lune est la dix-huitième carte du tarot de Marseille. Si le tirage est positif, la Lune signifie l'imagination, l'intuition, le rêve, la réflexion. Si le tirage est négatif, elle signifie alors la jalousie, la tromperie ou la déception.§ Vous allez rencontrer l'homme (la femme) de votre vie. Ce sera le coup de foudre. Vous le verrez et vous saurez. Il sera celui que vous attendiez. Le seul qui puisse vous convenir. Il est unique. Il sera à vous et à personne d'autre.§ Il vous faudra des partenaires multiples. C'est ainsi. Vous voulez tout connaître. Un seul cela vous parait insuffisant. Vous n'avez pas un petit appétit, mais un appétit d'ogre. Vous n'avez pas demandé à naître, mais maintenant que vous êtes là vous avez une exigence simple : vous voulez tout !§ Vous resterez seul(e). Non pas par dépit, mais parce que vous considérez que votre compagnie est trop précieuse pou que vous puissiez l'offrir au premier venu.§ Mettre une femme dans son lit.Un objectif quotidien. C'est un peu fatiguant. -

La travailleuse du sexe rentre chez elle

Clyde

bolo bolo -

Protagonistes

Tous coupables ?

C'est le genre d'affaire que vous détestez, une affaire dans laquelle tous les suspects se dénoncent les uns les autres et se renvoient la resposabilité. Et en ce qui concerne la victime il faut bien dire qu'il est difficile de trouver un quelconque élément qui permette de justifier l'acte barbare qui lui a été infligé. Les suspects forment une telle multitude que c'est la culpabilité elle même qui devient miraculeuse lorsqu'elle n'est plus celle d'une personne ou d'un groupe. -

Clyde coupable ?

-

Gilles coupable ?

-

Betty coupable ?

-

Tatiana coupable ?

-

Coupable ?

-

Samsung coupable ?

Samsung a toujours été redoutable dans les bagarres. -

VieilAbram coupable ?

Lorsque le calme est revenu VielAbram a donné une paire de claques à son fils et à la surprise générale Isaac a ouvert les yeux. VielAbram s’est servi un verre de vin.
- C’est vrai, ce vin a un goût de sang.
VielAbram constate une fois encore que la volonté du GoodGold n’a pas été de lui ôter son fils et ça l’arrange bien car il a toujours été plus ou moins irresponsable. Par contre sa méthode s’est révélée inefficace lorsqu’il a voulu l’appliquer au JesusCraïst, puisque celui-ci est resté inanimé. Une question demeure : et si LeJésus était encore vivant et seulement évanoui ? C'est peut-être une claque trop forte qui l'a terrassé ? VieilAbram a parfois la main lourde ... -

Des sous

Il faut des sous -

Vous confirmez Adam coupable ?

Puisque c'est lui le premier homme il peut très bien faire office de premier coupable. On peut d'ailleurs s'interroger sur les valeurs qu'il a pu transmettre à son fils Caïn pour que celui-ci devienne l'assassin de son frère. Tel père, tel fils et réciproquement ! -

Vous confirmez Dalila coupable ?

Elle parait pas très saine avec ses messes noires la gamine ! Jusqu'où cette révoltée qui porte une croix à l'envers a-t'elle pu aller ? -

Vous confirmez Eve coupable ?

C'est tout de même par elle que sont advenus tous les problèmes dont l'humanité a été victime. Celle qui a trouvé des complices chez toutes les sorcières, n'a t'elle pas une frénésie de revanche ? N'a t'elle pas tenté par un acte désespéré de sortir de son rôle d'accessoire et de s'attribuer la première place ? -

Vous confirmez Isaac coupable ?

Isaac sent encore le froid de la lame que son père VieilAbram avait posé sur son cou. Dès lors le mobile est aisé à comprendre : en tuant le fils du GoodGold il lui inflige une douleur qui le venge de la terreur quer celui-ci lui a fait subir. -

Vous confirmez Judas coupable ?

Judas est un coupable idéal. Il a d'abord la physionomie du traitre. Puisqu'il est capable de trahir pour de l'argent il a peut-être été payé pour faire office de tueur à gages. -

Vous confirmez LeJesus coupable ?

LeJesus a fait une chutte en se livrant à ses acrobaties habituelles. -

Vous confirmez Ponce Pilate coupable ?

Lorsque la situation a dégénéré, Ponce Pilate s’en est totalement désintéressé. Il n'est pas impossible qu'il est demandé à son esclave de faire le travail, cette histoire de calendrier l'avait vraiment agacé. Ensuite son esclave est venu avec une bassine en argent et une serviette et Ponce Pilate s'est lavé les mains. -

Vous confirmez Samson coupable ?

Samson a toujours été violent. Il aurait mieux valu ne pas l'inviter. -

Vous confirmez VielAbram coupable ?

Abraham a toujours obéi. Et puis ... -

Gagné

Gagné -

Looser

La loose -

Clyde

Clyde

-

Gilles

Gilles

-

Lily Bros

Lily Bros

Mon nom est Lily Bros. Notre Seigneur Jésus Christ a beaucoup à me pardonner. C'est à lui quej'adresse mes paroles, mais je me demande s'il a vraiment les capacités suffisantes pour cela. Il faudrait peut être que je m'adresse directement à GoodGold mais il me semble que le Grand Patron n'en a rien à battre de mes petites affaires. En fait je n'ai pas vraiment de relations avec l'un comme avec l'autre, l'entreprise Saint Esprit père et fils ne me parait pas vraiment fiable. Dès le départ d'ailleurs il s'est passé des trucs bizarres chez eux, pires que dans la famille Adams. Je ne me sens pas vraiment une vocation de Marie Madeleine, le Jésus m'a toujours paru un peu chétif. Finalement pour ce qui me concerne je n'ai vraiment qu'un seul patron, c'est mon Seigneur et Maître, mon Antoine. -

Tatiana

Tatiana

Mon nom est Tatiana, je suis la gardienne de l'immeuble. Tatiana c'est un surnom, personne dans l'immeuble n'a jamais réussi à prononcer mon nom polonais. A mes heures je tire les tarots. Je me livre également à la voyance et à la la divination. Je n'ai aucun intérêt pour la politique. J'ai une alimentation végétarienne.
Je suis née dans une famille de paysans. Toute mon enfance je l'ai vécue à la campagne. Je suis restée traumatisée par le désordre qui était le caractère dominant de la maison de mes parents. Les poules étaient élevées dans des armoires. Les outils étaient stockés dans les tiroirs des meubles du salon. A la maison on ne jetait jamais rien. De cette période j'ai conservé une phobie du désordre et je range sans arrêt. Depuis j'ai étendu ma passion du rangement aux dossiers de mon ordinateur et je me suis mise au développement d'applications qui me permettent de ranger toutes mes données dans les dossiers de mon disque dur. Comme j'ai moi-même élaboré les algorithmes nécessaires à ces classements les habitants de l'immeuble m'ont donné ce surnom ; Madame Algo.
-

Ma vie

3 J'ai passé mon enfance à la campagne et les événements marquants qui ont contribué à mon éducation je les ai vécus avec les gamins du village. Avant que les fermes ne ressemblent à des usines, la campagne était un univers extraordinaire pour des expériences chaque jour renouvelées. Je suivais les garçons dans des cachettes d'où l'on pouvait assister au spectacle de la mort du cochon avec l'angoisse d'être découvert. Cela faisait partie des chose défendues. Comme il y avait beaucoup de choses défendues, chaque jour offrait de nouvelles possibilités de transgression. Il était interdit de faire courir les moutons, comme il était interdit d'emprunter le grand vélo du grand père. Souvent je partais à la découverte des villages alentours, autant de territoires conquis après avoir parcouru des distances qui semblaient considérables.
Chaque saison offrait un cadre pour de nouvelles découvertes. Lorsque les beaux jours venaient, garçons et filles partaient en expédition dans les vergers voisins et nous nous faisions des ventrées de cerises ou de prunes. Et puis il y avait les baignades et les petits bateaux que l'on taillait dans des branches pour les lancer à l'aventure dans le courant de la rivière. A la période des foins, il fallait participer aux travaux de la ferme, mais on avait le droit de monter dans la charrette. Sur un mode assez classique j'ai connu ses premiers émois dans la grange.
Durant toute ma jeunesse j'ai eu des joues rouges et un teint hâlé comme tous ceux qui vivent au grand air et j'ai eu toutes les maladies que l'on attrape lorsqu'on est enfant. J'ai toujours eu la santé robuste des enfants nourris avec les bons produits de la ferme. Les cours ne présentaient pas un grand intérêt. A quoi cela pouvait il bien servir de savoir tant de choses ? Pour connaître le rythme des saisons était il vraiment nécessaire d'aller à l'école? Je n'ai pas suivi une scolarité très appliquée. A l'école je me suis ennuyée.
Les journées me paraissaient toujours trop longues. Je devais me lever tôt et attendre le bus au bord de la route. En hiver le froid venait me mordre les jambes. Après cela ne s'arrangeait pas, les bâtiments étaient mal chauffés. Chez moi aussi il faisait froid , mais au moins j'étais libre de faire ce que bon me semblait.
A l'école je ne faisais pas preuve de mauvaise volonté. Je tentais de m'intéresser aux questions exposées, mais j'avais toujours le sentiment qu'il y avait là quelque chose d'artificiel. Je n'imaginais pas devoir utiliser un jour une langue étrangère. Je ne ressentais pas non plus un grand intérêt pour la littérature et je m'étonnais de l'enthousiasme du professeur pour ce qu'il appelait les grands auteurs. Il n'y avait qu'un domaine dans lequel je me sentais vraiment à l'aise : les mathématiques. Là tout était simple : je comprenais. Je trouvais les exercices amusants. A côté de moi il y avait ma meilleure amie qui peinait. Parfois je parvenais à l'aider, mais je ne comprenais pas pourquoi il y avait un obstacle indépassable pour ce qui me paraissait évident.
Les professeurs auraient aimé que je poursuive mes études, surtout le professeur de mathématiques, mais à cette époque j'avais d'autres centres d'intérêt. Mes parents avaient besoin de moi à la ferme, mais surtout j'avais rencontré Igor. Le soir je laissais les copines courir vers le bus. Igor m'attendait dans sa belle voiture.
Sa voiture était en panneet il s'était garé sur le bas côté de la route. Lorsqu'il m'avait aperçue, il était sorti lentement de la voiture, puis il avait traversé la route d'un pas tranquille et il était venu jusqu'à moi. Il m'avais demandé de l'aide et comme je n'avais rien d'urgent à faire je l'avais accompagné jusqu'au garage situé dans l'une des rues qui donnait sur la place du village. Il aurait trouvé facilement si je ne l'avais pas accompagné, mais par la suite il avait toujours évoqué notre rencontre comme un événement exceptionnel que des puissances mystérieuses avaient certainement inscrit quelque part dans le ciel.
La vie à la campagne m' a toujours convenu. Logiquement j'aurais du continuer à y vivre, mais j'ai suivi Igor à la ville.
Igor avait un don. J'en ai été persuadée lorsqu'il a évoqué certains événements de mon enfance. Il les avait devinés ? C'est ce que j'ai pensé au début. Et puis progressivement j'en ai été convaincue : Igor avait un don. En tout cas ils étaient quelques uns à en être persuadés. C'est moi qui les faisait entrer dans le petit salon dans lequel ils attendaient de recevoir les révélations du Maître. Il y avait des périodes où le salon d'attente ne désemplissait pas, et d'autres où la clientèle se faisait rare. Les dons de voyance d'Igor semblaient inefficaces pour prévoir l'alternance des périodes de vaches grasses et de vaches maigres.
Nous étions heureux. J'ai découvert une façon de vivre dont je n'avais pas soupçonné les possibilités tant que j'avais vécu à la campagne. Il n'était pas bien riche mais je l'aimais. Nous mangions peu et mal mais nous étions entourés de beaucoup d'amis. Nous sortions beaucoup en préférant nous priver de repas plutôt que de manquer une fête ou un spectacle. Les soirées se poursuivaient parfois tard dans la nuit tant nous trouvions de plaisir à de longues discussions avec nos amis. Et puis le Mage est tombé malade et il a du mettre fin à ses consultations. Je consacrais tout mon temps à le soigner. L'argent manquait et j'ai essayé de le remplacer. J'ai reçu quelques clients. Pourtant le cœur n'y était pas et pour nous permettre de survivre j'ai fait des ménages. C'est comme ça que j'ai connu Carole Albert. Quand Igor est mort, Madame Albert m'a proposé de prendre la place de concierge de l'immeuble qui était vacante et comme Carole Albert décidait de tout dans l'immeuble j'ai accepté.
J'avais conservé la boule de cristal d'Igor mais au début je ne parvenais pas à m'en servir. Et puis un jour à force de recherche sur mon ordinateur, j'ai fini par découvrir comment je pouvais faire revivre Igor.
Je me rend tous les ans chez mes cousins, c'est la seule fantaisie que je m'autorise. Les voyages sont fatiguant et couteux. Et puis je suis attachée à des valeurs qui sont celles de mon pays. Je connais les commerces de mon quartier, là où je suis assurée de trouver les denrées alimentaires sur lesquelles je peux compter. Pourquoi voyager ? Il n'y a pas de lieu au monde qui puisse rivaliser avec mon quartier. Je les ai bien vu arriver les envahisseurs. Tous ce étrangers qui viennent profiter des avantages qui me reviennent.
Je tracerai des pentacles pour empêcher la force obscure d'approcher. Je sortirai mes croix et mes médailles mais je sais que les forces du mal finiront par envahir mon territoirepour m'entrainer.
Ce sera une mort tranquille. J'ai une formule pour cela : ce sera comme lorsqu'on éteint une bougie. Quelle mort plus douce que celle dont on aura jamais vraiment conscience ? Mourir dans son lit, sans souffrir, peut-on demander davantage ? Pourtant j'aimerais bien savoir qui éteindra la bougie. J'ai toujours des réponses, mais là je trouve vraiment mes limites. Evidemment je serai un peu fatiguée, il ne sera pas nécessaire de souffler bien fort, cela ne sera pas un événement traumatisant, d'ailleurs je serai peut être déjà endormie lorsque cela se produira. Cela ne me satisfait pas pleinement. Je ne saurai jamais vraiment ce qui se passera, puisque je ne serai pas en mesure de suivre l'enchaînement des événements étant à la fois morte et endormie. En quelque sorte je ne serai plus vraiment là lorsque cela arrivera car on est là quand la mort n'est pas là et on est plus là quand la mort est là. -

Mon antre

4 Une pièce sombre, des murs recouverts d'une tapisserie aux motifs compliqués, des étagères couvertes de bibelots hétéroclites, c'est mon antre au rez-de-chaussée de l'immeuble. Pour tout le monde je suis la concierge, bien que je n'ai aucun title officiel. Vous les avez croisés dans l'ascenseur et vous ne voyez que des personnalités assez banales ? Détrompez vous, moi je sais combien ce qui se cache chez certains d'entre eux est monstrueux.
J'ai organisé ma petite vie de cocagne. Mon chat Javascript c'est le bébé que je n'ai pas eu. Il est l'objet de mes soins les plus attentifs. C'est lui le plus beau. C'est lui le plus intelligent. C'est mon chéri même si je sais qu'il est un peu dégoûté de ce langage destiné à un débile mental mais il se garde bien d'exprimer son désaccord. Javascript sait que lorsque le langage de sa maîtresse devient proche de ses miaulements, il aura droit à une caresse et il adore les caresses de sa Mamy. Javascript est un peu hypocrite. Il sait que je n'aime pas vraiment les gens qui l'entourent et qu'il est mon seul chéri.
Comme mon métier consiste à s'intéresser à la vie d'autrui, je ne peux m'empécher d'observer mes voisins. Ils passent rapidement devant ma porte mais pour moi il y a des signes qui ne trompent pas. Il me semble que le prof qui habite au dessus de chez moi, va parfois construire un moment sous les toits avec la psychologue du sixième.
J'étale les cartes sur mon lit et je me fais un tirage. Impressionnant ! Il va sûrement se passer quelque chose. Il y a des ondes négatives plein l'appartement.
Je filtre les entrées. Seules les personnes autorisées peuvent pénétrer dnas l'immeuble. Je vous propose mes services pour vous aider à comprendre les traits psycghologiques caractéristiques des habitants de l'immeuble. Je" vis dans cet immeuble depuis suffisament longtemps pour que mes révélations puissent vous être utiles. En fait vous n'avez pas le choix, vous devez me consulter. Chaque consultation coûte un sou. Si vous n'avez pas les sous vous pouvez mendier ou travailler. Mendier vous rapporte un sou. Une enquête sur un divorce c'est la routine et cela vous rapporte cinq sous..

Clyde

Clyde

-